JANVIER 2020
 
 
Le paradis à la fin de vos jours,
ça se prépare maintenant dans une vie fraternelle.

En Bretagne, après les vœux habituels de bonne santé et de bonheur pour chaque jour, nous souhaitons à l’autre « le paradis à la fin de votre vie ».
Ce n’est pas rien, ce n’est pas « petit joueur » ! C’est un horizon qui s’ouvre bien au-delà de ce que nous osons parfois espérer. Il me semble qu’il y a un chemin relativement accessible pour préparer cette promesse de communion en Dieu, c’est de choisir avec plus de détermination la vie fraternelle.
Pour cette année 2020, je vous propose de mettre en pratique cette indication que le pape François nous a donnée, ce 1er janvier :
« Il s’agit d’abandonner le désir de dominer les autres et d’apprendre à se regarder réciproquement comme des personnes, comme des enfants de Dieu, comme des frères. L’autre ne doit jamais être enfermé dans ce qu’il a pu dire ou faire, mais il doit être considéré selon la promesse qu’il porte en lui. » (Pape François : Message pour la journée mondiale de la paix, du 1er janvier 2020)
Autrement dit, si l’on reprend les mots du philosophe Emmanuel Levinas, il vaut mieux « envisager » l’autre plutôt que le « dévisager ». Considérer l’autre selon la promesse qu’il porte en lui, c’est le contraire de ces rumeurs ou polémiques répétées à l’envie, qui ne cessent de polluer nos médias et d’empoisonner nos relations sociales.
Et si on s’y mettait tous ensemble ?
Bonne et Sainte Année 2020.
+ Denis Moutel
 Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier
 
 
 
A la Une
 
 
Journée mondiale de la Paix 2020 :
Message du Pape François
 
 
En cette nouvelle année, le pape François a désiré s'exprimer sur le thème :
"La paix, un chemin d'espérance : dialogue, réconciliation et conversion écologique".
 
"La paix est un bien précieux, objet de notre espérance auquel aspire toute l’humanité. Espérer la paix est un comportement humain qui renferme une tension existentielle ; c’est pourquoi même un présent parfois pénible peut être vécu et accepté s'il conduit vers un terme et si nous pouvons être sûrs de ce terme, si ce terme est si grand qu'il peut justifier les efforts du chemin. De cette façon, l’espérance est la vertu qui nous met en chemin, qui nous donne des ailes pour aller de l’avant, même quand les obstacles semblent insurmontables." (§1)