NOVEMBRE 2019
Novembre, des provisions d’espérance pour l’hiver.

Le mois des premiers frimas commence avec la joie de la Toussaint et aussi la journée plus grave de la commémoration de tous les fidèles défunts. Ces deux premiers jours du mois sont souvent réunis par commodité. C’est vrai qu’ils ont un grand point commun : l’espérance.
Malgré les lourds nuages qui s’accumulent dans l’actualité du monde et jusque dans nos vies personnelles et familiales, nous croyons et nous disons que nous ne sommes pas… des vivants promis à la mort, mais des mortels qui attendent la vie, car « si le Christ a connu la mort, puis la vie, c’est pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants » (Rm 14, 7-12).
Se préparer à la sainteté en la choisissant dès maintenant, c’est une bonne manière d’entrer dans l’espérance et de faire ainsi du bien à tout le monde :
« Le saint est capable de vivre joyeux et avec le sens de l’humour. Tous en demeurant réaliste, il éclaire les autres avec un esprit positif et rempli d’espérance » (Pape François Gaudete et Exsultate, exhortation apostolique sur l’appel à la sainteté, 19 mars 2018, § 122).

 
+ Denis Moutel
 Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier
 
 
A la Une
 
 
La Toussaint, une fête liturgique majeure
 
 
Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints. Chaque 1er novembre, l’Église honore ainsi ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ. Si un certain nombre d’entre eux ont été officiellement reconnus, à l’issue d’une procédure de canonisation, l’Église sait bien que beaucoup d’autres ont également vécu dans la fidélité à l’Évangile et au service de tous. Cette fête est donc l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté.