26. mai, 2013

LE SEIGNEUR PRIT DU PAIN !

Où est ce pain Seigneur ?
Qui de nous osera le mettre dans ta main
Afin qu'il soit rompu
Pour être partagé ?

Il est fait du froment broyé dans la douleur
Des peuples opprimés, privés de liberté...
Il est pétri souvent et des cris et des pleurs
De ces milliers d'enfants qui souffrent de la faim
Ou qui sont bafoués, violés, prostitués...
Il est mouillé des larmes de ceux qui ont perdu
Un être bien-aimé dont le départ soudain
En brisant quelque part le rythme de leur coeur
Fait que pour eux la vie semble s'être arrêtée !

Il se peut que ce pain ait parfois la fadeur
D'une vie sans amour, sans joie, sans amitié
Il peut aussi durcir sous le poids de la peine
Comme il peut s'alourdir entravé par la chaîne
Qui retient en cellule un homme prisonnier

Ce pain pourrait avoir un goût de solitude
Une croûte brûlée par la fièvre du mal
Qui ronge le malade en son lit d'hôpital.
Il pourrait s'égrener tout en incertitude
En miettes de tristesse, angoisse du chômeur
Mais voici que tu viens Seigneur
Et pour rompre ce pain tu te fais serviteur
Tu transformes les larmes en "eau" qui purifie
Et tu laves les pieds de ceux qui t'ont suivi.

C'est le geste d'amour qui devient un "levain"
C'est l'acte qui prépare au partage du pain
Celui que pour toujours tu rompras de ta main
Et que nous mangerons pour ne plus avoir faim

Seigneur, nous célébrons ce soir du jeudi Saint
La mémoire sacrée de ton repas divin
Et nous t'offrons aussi
Ceux que tu as choisis,
Ministres, serviteurs, ils "disent" ton chemin
Ils retracent ton geste,
Tu transformes ce pain
Qu'ils prennent dans leurs mains,
Ton éternel amour accomplit tout le reste !

"Le Seigneur prit du pain, le rompit de sa main"


Jeudi Saint, 5 avril 1990

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)