25. mai, 2013

ADORATION !

Par l'humble bouton d'or qui fleurit l'herbe verte,
Par la rose embaumée couronnée par l'aurore,
L'espace d'un matin,
Par les riches couleurs des corolles ouvertes
Au milieu du jardin,
Ô Père, je t'adore !

Par le feuillage roux flamboyant de l'automne,
Par les sentiers discrets inondés de senteur,
Par le chant des oiseaux dont le concert entonne
Un hymne de louange à Toi, le Créateur !
Ô Père, je t'adore !

Par le timbre émouvant de l'artiste qui chante,
La plume du poète, l'oeuvre de l'écrivain,
La valse de l'archet sur les cordes vibrantes,
Par le pinceau du peintre, l'âme du musicien,
Ô Père, je t'adore !

Par les mains de celui qui façonne la pierre,
Et font de l'artisan un homme créateur,
Par la voix des "médias" projetant la lumière
Sur des hommes cachés construisant le bonheur...
Louange à Toi, Seigneur !

Par l'effort répété du travail à la chaîne,
Par le geste des hommes ensemençant la terre,
Par les corps fatigués dans les heures de peine,
Par la vie des mineurs oubliés sous la terre,
Louange à Toi, Seigneur !

Par le geste d'amour des parents enlacés,
Par l'infinie douceur,
Eternelle tendresse des couples du passé,
Louange à Toi, Seigneur !

Par la lampe allumée dont le rayon scintille
En caressant le front de l'enfant qui s'endort,
Par le feu du foyer dont la flamme pétille
Ô Père, Je t'adore !

Par la douce clarté, Or du soleil levant,
Par l'eau vive qui parle aux cailloux du ruisseau,
Par le sourire ému du tout petit enfant,
Par la chanson d'amour qui monte des berceaux,
Louange à Toi, Seigneur !

Par les larmes cachées sous la croix des souffrants,
Par la paix qui guérit l'angoisse des mourants...
Par la troublante nuit du chemin de silence
Au bout duquel enfin apparaît ta présence,
Louange à Toi, Seigneur !

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)