25. mai, 2013

SUR LE CHEMIN D'EMMAÜS

Dans la nuit de la Foi, je te cherche Seigneur...
Mes yeux se sont fermés, peut-être aussi mon coeur ?
Il fait froid sur la route,
Je marche sans Te voir
Je n'entends plus Ta voix, mais je garde l'Espoir
Que ta présence un jour effacera le doute...
Je ne vois plus que moi dans ce chemin désert
Où je me perds...
Dans ce chemin tout noir où Tu n'es plus Seigneur,
Où j'ai laissé entrer et dominer la peur...

Où Te trouver Seigneur, puisque Tu m'abandonnes ?
Mon coeur est tout glacé, tout rempli de tristesse...
Or voici que soudain le téléphone sonne
Un appel au secours ! Un cri... Une détresse...

Est-ce Toi, Seigneur, qui frappes à ma porte ?
Comme au soir d'Emmaüs, Tu m'appelles au partage,
Au geste qui engage,
A la fraction du pain, je crois Te reconnaître,
Car ce pain c'est l'Amour, c'est ma présence à l'autre,
Et le rompre en commun, c'est "rencontrer" le Maître...

Mes yeux s'ouvrent enfin, et s'ouvre aussi mon coeur
Qui donne sa tendresse,
Qui écoute, partage, arrache la tristesse,
Enveloppe d'amour dont la douce chaleur
Devrait sécher les pleurs !

Je tai trouvé Seigneur !
Il fallait pour un temps que Toi, Tu disparaisses
Afin que je Te cherche et je Te reconnaisse,
Cet appel dans la nuit est devenu Lumière,
Et je T'ai entendu dans le cri de mon frère...

Reste avec nous Seigneur !

Avec Toi, je puis tout, sans Toi je suis néant,
Rien que pour aujourd'hui laisse-moi Ta présence
Elle se nomme : Amour, Renouveau, Espérance,
"EGLISEdes SOUFFRANTS"
Elle se nomme aussi, Chemin d'Eternité
Ou bien si tu le veux : "FRATERNITE".

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)