27. mai, 2013

Ami lecteur !

Pourquoi ai-je écrit ces poèmes,

Pourquoi surtout ai-je accepté de les publier ?

La réponse est écrite au coeur de ce recueil, sous le titre :

"La Samaritaine"

 

Cet ouvrage est dédié plus particulièrement aux prêtres, aux religieuses et aux laïcs engagés dans l'Eglise, aux malades et à tous ceux qui acceptent d'annoncer le "CHRIST VIVANT RESSUSCITE" à travers l'Evangile vécu dans l'événement, la souffrance, la maladie et la rencontre fraternelle au quotidien !

 

 Merci d'accepter de faire avec moi ces quelques pas sur mes chemins de femme !

Antoinette Gendron-Pinçon (dite Mamita)

 
25. mai, 2013

Par l'humble bouton d'or qui fleurit l'herbe verte,
Par la rose embaumée couronnée par l'aurore,
L'espace d'un matin,
Par les riches couleurs des corolles ouvertes
Au milieu du jardin,
Ô Père, je t'adore !

Par le feuillage roux flamboyant de l'automne,
Par les sentiers discrets inondés de senteur,
Par le chant des oiseaux dont le concert entonne
Un hymne de louange à Toi, le Créateur !
Ô Père, je t'adore !

Par le timbre émouvant de l'artiste qui chante,
La plume du poète, l'oeuvre de l'écrivain,
La valse de l'archet sur les cordes vibrantes,
Par le pinceau du peintre, l'âme du musicien,
Ô Père, je t'adore !

Par les mains de celui qui façonne la pierre,
Et font de l'artisan un homme créateur,
Par la voix des "médias" projetant la lumière
Sur des hommes cachés construisant le bonheur...
Louange à Toi, Seigneur !

Par l'effort répété du travail à la chaîne,
Par le geste des hommes ensemençant la terre,
Par les corps fatigués dans les heures de peine,
Par la vie des mineurs oubliés sous la terre,
Louange à Toi, Seigneur !

Par le geste d'amour des parents enlacés,
Par l'infinie douceur,
Eternelle tendresse des couples du passé,
Louange à Toi, Seigneur !

Par la lampe allumée dont le rayon scintille
En caressant le front de l'enfant qui s'endort,
Par le feu du foyer dont la flamme pétille
Ô Père, Je t'adore !

Par la douce clarté, Or du soleil levant,
Par l'eau vive qui parle aux cailloux du ruisseau,
Par le sourire ému du tout petit enfant,
Par la chanson d'amour qui monte des berceaux,
Louange à Toi, Seigneur !

Par les larmes cachées sous la croix des souffrants,
Par la paix qui guérit l'angoisse des mourants...
Par la troublante nuit du chemin de silence
Au bout duquel enfin apparaît ta présence,
Louange à Toi, Seigneur !

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)
25. mai, 2013

Frères de la Cité, accourez à l'appel
Qui monte du clocher de votre basilique
Accompagnant l'écho d'un céleste cantique
Un "GLORIA" d'Amour, message de Noël !

Il s'adresse à vous tous, malades et blessés
Amis désespérés, au fond de la détresse,
Vous êtes les bergers qu'annonçait la promesse
Et c'est l'instant de Paix pour vos coeurs angoissés.

Dans cette immense crèche un monde prosterné
Apporte son amour dont il fait une étoile
Illuminant d'espoir une vivante toile
Où paraît désormais cet enfant nouveau-né.

Les mages sont venus pour effacer les pleurs,
L'un avec l'espérance d'une porte ouverte,
L'autre avec l'amitié, la relation offerte,
Et le troisième avec un bouquet de chaleur !

Et nul ne pourra plus désormais séparer
Ceux qui ont accepté de vivre le partage,
Parce qu'ils ont enfin reconnu Ton Visage,
Ensemble, ils ont choisi, Seigneur, de T'adorer !...

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)
25. mai, 2013

Rêve pour une nuit de Noël !

Dans notre basilique aux airs de cathédrale,
Sous la voûte jaillit d'une immense chorale
Par la voix des adultes et celle des enfants
Par la voix des moins jeunes et des adolescents,
Au rythme de l'amour qui monte de leur coeur,
Une ardente prière aux accents de ferveur !

Tout autour de l'autel ils se sont rassemblés
Aussi bien pour donner que pour être comblés,
Et la main dans la main, en formant une chaîne,
Ils ont uni l'effort de toute la semaine,
Apportant avec eux la vie de leur quartier :
Le malade qui vit sur le même palier,
Le souci du chômeur qui n'a plus d'espérance,
L'enfant qui vient de naître au foyer d'à côté,
La douleur des parents qui pleurent en silence
Un fils trop tôt parti dans son éternité !
La joie des fiancés, unis par la promesse,
Peines et joies de tous, entrent dans cette messe,
Et c'est le corps du Christ ainsi ressuscité
Qui, se mêlant au sang présent dans le calice
Pour l'offrande bénie du divin sacrifice
Devient source de vie pour la communauté !
En s'asseyant ensemble à la table du Père,
Ils ont reçu la vie, ils ont vécu l'amour,
Ils se sont rassemblés vraiment comme des frères,
Pas frères d'un moment, mais frères de toujours !
Ils ont refait le plein pour la vie quotidienne
Et pour que l'amitié désormais les soutienne,
Ils se regardent tous, et se serrent la main
Avant de repartir sur le même chemin
Qui fait découvrir l'autre un peu comme soi-même,
Et qui fait dire à tous :"Voyez-donc comme ils s'aiment" !

Amis, reconnaissez que c'était un beau rêve,
Aussi du fond du coeur, ma prière s'élève
Afin que, tous ensemble, unis dans la cité,
Chacun regardant l'autre avec plus de tendresse,
Oubliant la rancune et tout ce qui agresse,
Nous fassions de ce rêve une réalité !

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)
25. mai, 2013

Ô Mère des douleurs !
Du plus profond de moi ma prière t'appelle,
Et si je suis venue prier dans ta chapelle
C'est qu'au fond de mon coeur
Une angoisse nouvelle aujourd'hui se dessine
Et je n'ai plus que Toi, Ô Vierge de l'Epine
Pour essuyer mes pleurs !

Ce soir, je viens à Toi, en ce temps de Noël
Tu regardes l'Enfant que tu as mis au monde...
Que sera-t-il un jour, ce fils, Emmanuel ?
Il te faut Notre-Dame, une Foi si profonde
Pour entendre en ton coeur ces choses que tu gardes,
Qui te font entrevoir au loin déjà la Croix.
Je suis maman aussi, comme toi je regarde
Et plus j'ouvre les yeux, plus ma douleur s'accroît...

Que va-t-il se passer au cours de ce voyage
Où rien n'est programmé, où tout est sans visage ?
Y-a-t-il un chemin traversant le séjour
Où l'Amour triomphant deviendrait le plus fort
Et guiderait les pas vers l'asile du port ?
Est-il un océan au bout de cette plage
Où l'aurore de Paix couronnerait le jour ?

Et voici ta réponse, Ô Vierge de l'Epine
En me montrant ton Fils, tu dis comme à Cana
"Fais ce qui'il te dira"
Alors, ouvrant mon coeur à la grâce divine,
Je fais place au Seigneur pour tous les lendemains
Et je marche avec Lui, sans savoir le chemin !

Antoinette Gendron-Pinçon (Mamita)