QUESTION DE POINT DE VUE

16. mai, 2018

Je me permets de te faire part de mes impressions personnelles concernant l’Assemblée Paroissiale du 14 avril dont j’attendais beaucoup. S’il est vrai que peu de personnes avaient répondu à l’invitation cela ne veut pas forcément dire que les gens ne s’intéressent pas à la vie de leur paroisse. Certaines personnes que j’avais contactées par mail et qui n’ont malheureusement pas pu venir pour diverses raisons personnelles, m’ont remercié d’avoir exprimé des idées auxquelles elles adhèrent sans avoir la capacité de les écrire comme j’ai pu le faire moi-même. Je n’ai malheureusement pas le talent de prendre la parole dans un groupe, mais heureusement nous avons tous des talents différents qui sont complémentaires. Et chacun doit pouvoir trouver sa place. N’est-ce pas une des résolutions du Synode, de chercher à repérer les talents.

 Je me sens personnellement très concernée par les 3 lois synodales choisies par notre paroisse et j’ai des idées concernant les 3. Cependant le jour de l’Assemblée il fallait faire un choix et j’ai accordé la priorité à celle : « créer du lien ». En effet, il me semble que c’est là que tout commence. Comment pouvons-nous créer des fraternités ou intéresser les jeunes à la vie de l’Eglise s’il n’y a pas de « Lien » entre nous tous :

 

  • Ø Chrétiens d’un même relais paroissial
  • Ø Chrétiens des différents relais
  • Ø Membres de toutes les équipes de tous les relais

 

  1. Sacristie – Ouverture de l’église
  2. Liturgie – Accueil - Chorale
  3. Obsèques (guide de prière et accueil)
  4. Catéchèse
  5. Préparation au baptême
  6. Préparation au mariage
  7. Ménage -Fleurissement de l’Eglise

 

 

 

  • Ø Membres des différentes fraternités

 

a)     Présence fraternelle

 

b)     Chapelets quotidiens

 

c)     Groupe de prière des mères

 

d)     Partage d’Evangile

 

e)     Messe en semaine

 

f)       Messe dans les EHPAD

 

 

 

  • Ø Divers mouvements ou Associations

 

1-     Action Catholique

 

2-     CETAD – Ateliers de la Foi

 

3-     Secours Catholique

 

4-     CCFD

 

  • Ø Paroissiens pratiquants et non pratiquants
  • Ø Nouveaux habitants de la paroisse…

 

Et j’en oublie certainement. Nous faisons tous partie d’une même communauté paroissiale et nous ne nous connaissons pas !

 

Nous possédons actuellement un outil formidable pour créer ce lien entre tous :

 

NOTRE MAISON PAROISSIALE.

 

Dans le groupe « créer du lien » que j’ai choisi et que tu animais, j’ai émis timidement quelques propositions Comme l’idée de donner un nom à cette maison paroissiale. Je considère que pour créer du lien, il faut rassembler et non pas diviser. C’est la raison pour laquelle, je pense que « Maison Paroissiale de Ploubalay » ne correspond pas à ce que l’on attend de cette maison qui doit être un lieu d’accueil pour l’ensemble des paroissiens et non seulement ceux de Ploubalay. Ce qu’il y a de commun entre tous les relais, ce sont ces cours d’eau : La Rance, le Frémur et le Floubalay qui les traversent et vont se jeter dans la mer. C’est Jacky qui avait pensé aux « Eaux Vives » et j’avais tout de suite adhéré à cette idée qui correspondait tout à fait à l’image que je me faisais de notre paroisse : ces eaux vives que nous sommes et qui convergent dans une même direction !

 

Cette idée a été proposée individuellement à quelques personnes qui, sans donner leur approbation, n’apportaient pas de contre-proposition comme je l’aurais souhaité. J’avais un peu compté sur l’Assemblée Paroissiale pour que celle-ci soit soumise au vote des participants mais l’idée n’a été évoquée que succinctement comme un sujet de moindre importance. Je trouve assez frustrant de voir une proposition rejetée par simple esprit de négativisme ou d’immobilisme, quand on n’a rien de mieux à proposer ! C’est malheureusement une caractéristique de notre paroisse : rejeter systématiquement toute proposition de changement. Certaines personnes, installées dans leurs responsabilités, ont tendance à s’imposer et ne souhaitent pas laisser leur place.

 

Tu as soumis l’idée de proposer un projet allant dans le sens de « créer du lien » en prenant, avec une autre personne, un engagement de 3 ans. J’ai effectivement un projet qui me tient à cœur en raison d’expériences personnelles qui seraient trop longues à développer maintenant.

 

L'Oasis "Invitation à la rencontre"

Cela fera tout juste 10 ans, le 1er juillet, que nous sommes arrivés à Ploubalay. Après avoir quitté depuis près de 20 ans, pour raisons personnelles, mon engagement au sein de la paroisse où nous étions, mon intention était de rencontrer un prêtre pour renouer avec l’Eglise. Cependant, ne connaissant personne, je ne savais où m’adresser ! Il m’a fallu un peu plus de deux ans pour que, grâce à ma fille qui venait de vivre une sorte d’épiphanie (manifestation de la présence de Dieu en elle), je puisse retourner à la messe à Lancieux. Les dimanches suivants, j’y suis retournée seule et je me suis présentée à la chorale, c’est ainsi que j’ai fait mon entrée dans la paroisse de Ploubalay. Par la suite, j’ai éprouvé le besoin de contacter le Secours Catholique, pensant y rencontrer une personne à qui je pourrai confier mes soucis personnels et trouver près d’elle un moyen de m’aider à surmonter l’épreuve que je traversais avec ma fille, malheureusement, je n’ai trouvé personne pour me renseigner !

 Lorsque j’ai lu sur le bulletin paroissial, une annonce informant que l’équipe du Secours Catholique de Ploubalay recherchait des bénévoles, j’ai aussitôt réalisé une affiche pour la mettre sur le site paroissial avec le numéro de téléphone. Il se trouve que je suis secrétaire d’une association dont le président fait partie de l’équipe du Secours Catholique et lorsque je lui ai montré l’affiche, il a constaté que le numéro de téléphone n’était pas le bon, je l’ai alors modifié, pensant qu’il était important que les personnes qui ont besoin d’aide puissent trouver les renseignements sur le site. C’est à ce moment que j’ai senti, comme un appel à faire partie de cette équipe avec le sentiment que mon expérience personnelle pouvait être un atout. J’ai alors compris que tout ce que j’avais vécu était une grâce qui m’était donnée pour vivre ma foi chrétienne en étant à l’écoute et au service des personnes en détresse.

 Lorsque je suis entrée au Secours Catholique, il m’est apparu que l’idée que j’avais de sa mission n’était pas celle qu’avait une grande majorité de personnes qui ne voyaient là qu’une association caritative de plus pour distribuer vêtements ou bons d’alimentation aux personnes en situation de précarité, adressées par les services sociaux. En ce qui me concerne, j’avais une idée beaucoup plus élargie de la mission du Secours Catholique, pensant que la pauvreté n’était pas que matérielle, elle pouvait être également affective ou spirituelle, ce qui n’est pas toujours pris en compte dans les différentes associations humanitaires, c’est, à mon avis, ce qui différencie le Secours Catholique des autres.

 J’ai assisté récemment à une formation pour découvrir la mission du Secours Catholique et son projet pour les 10 années à venir et j’ai compris que je ne m’étais pas trompée. C’est en tant que chrétienne que j’ai répondu à cet appel, c’est pour moi la meilleure façon de vivre l’Evangile. J’en suis davantage convaincue après avoir lu l’exhortation apostolique du Pape François « Gaudete et exsultate » sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel qui nous est d’ailleurs rappelée dans l’éditorial de Véronique Fayet dans la revue « Message », intitulé « sur le chemin de la sainteté » où elle cite cette phrase du Pape François « Nous sommes tous appelés à être saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes ». 

 Considérant donc le Secours Catholique comme un service d’Eglise, il me semble qu’il doit avoir un rôle privilégié dans la Paroisse. C’est pourquoi lors de notre Assemblée Paroissiale du 14 avril dernier, pour mettre en œuvre les lois synodales choisies par notre paroisse, j’ai intégré l’atelier : « créer du lien », il me semble que c’est pour moi l’essentiel de se connaître entre les différentes équipes des différents relais afin de travailler ensemble. Nous avons la chance d’avoir cet outil formidable qu’est la Maison Paroissiale pour créer du lien.

  J’ai proposé l’idée d’ouvrir cette Maison qui doit être une « Source de Vie », le premier lundi de chaque mois de 14h30 à 17h30 pour accueillir, autour d’un café, toutes les personnes qui le souhaitent : membres des différentes équipes, membres de la Communauté paroissiale, nouveaux arrivants sur la paroisse, pratiquants ou non, bénéficiaires du Secours Catholique ou de l’épicerie solidaire qui désirent trouver un peu de chaleur humaine en rencontrant des personnes et en faisant connaissance.

 Cet accueil dans la Maison Paroissiale ne doit être en aucun cas une permanence, ni un atelier destiné aux bénéficiaires du Secours Catholique, cela peut être réservé à la Maison des Associations. Il s’agit simplement d’un lieu de rencontre convivial pour se ressourcer comme pourrait l’être une « Oasis » nom qui pourrait être donné à ce projet !...

 La Mission du Secours Catholique rejoint celle définie par le synode en ce sens que nous devons être des « veilleurs » c’est-à-dire repérer les personnes seules ou en difficulté dans notre quartier, dans notre commune, dans la paroisse, aller vers elles et repérer les talents, les inviter à la rencontre… C’est pourquoi, je propose que ce projet soit réalisé pour et par la paroisse à l’initiative du Secours Catholique. Il suffit que deux bénévoles, dont au moins une du Secours Catholique dont je suis volontaire, acceptent de participer à cette « Invitation à la rencontre » en consacrant une après-midi par mois, pour accueillir autour d’un café ou un thé avec des petits gâteaux préparés à l’avance, les personnes qui pousseront la porte de l’Oasis pour se rafraîchir à la Source de Vie !

Françoise

 INVITATION A LA RENCONTRE

Comme une goutte d’eau

Glissant légèrement sur les frêles cailloux

Rejoint ici ou là dans les creux de chez nous

Une autre goutte d’eau…

Comme le long ruban

Enlaçant nos prairies devient une rivière

En mouillant notre terre

Avant d’aller rejoindre l’infiniment grand…

 

…Ami ! si tu voulais être la goutte d’eau

Qui murmure sans fin, au-dessus des fontaines

Chaque heure de ta vie se ferait plus active

Les autres avec toi, trouveraient la manière

De bâtir un royaume où les hommes sont frères

Chacun viendrait alors pour oublier sa peine

Se rafraîchir au puits de la « Samaritaine !

 

Antoinette Gendron-Pinçon


 

11. avr., 2018

 "Le moment est venu pour que, Ce qui nous unit

prenne le pas sur ce qui nous oppose et nous divise. »

 

A la veille de notre grande Assemblée Paroissiale, j'ai réfléchi à la façon dont nous pourrions mettre en oeuvre les 3 Lois Synodales choisies par notre paroisse parmi tous les thème proposés dans les Actes du Synode. N'ayant malheureusement pas l'art de m'exprimer oralement, j'ai préféré choisir l'écriture, domaine dans lequel je me sens plus à l'aise. J'ai fait parvenir ces quelques idées personnelles à quelques personnes dont certaines m'ont remercié pour avoir su exprimer ce qu'elles partagent mais qu'elles n'auraient su écrire elles-mêmes. C'est pourquoi j'ai décidé de publier cet article que je considère comme un témoignage personnel dans lequel certains d'entre vous pourront se reconnaître ou au contraire avoir un avis opposé, ce qui pourrait donner lieu à un partage d'idées enrichissant lors de cette Assemblée.

 

  • Former des Fraternités (LS 8)
  • Les jeunes dans la liturgie (LS 16)
  • Créer du lien (LS 21)

 Nous vivons actuellement dans un monde qui privilégie la raison économique à toutes les autres ce qui occasionne des dysfonctionnements à l’intérieur même des établissements dont la principale mission est de préserver la vie et la dignité de la personne humaine. Voyez ce qui se passe dans les hôpitaux et les EHPAD ou nous assistons à des actes de maltraitance dus au manque de personnel faute de moyens économiques.

 Notre société est telle que la plupart des organismes, établissements et associations sont régis par les lois des finances ce qui les rend plus ou moins dépendants de ceux qui votent les budgets et subventions. Les paroisses n’échappent malheureusement pas à cette règle et font passer en priorité les aspects économiques, logistiques et liturgiques qui prennent souvent le pas sur la dimension évangélique et eucharistique.

 Ce qui doit unir avant tout les chrétiens que nous sommes c’est la Joie de l’Evangile que nous devons mettre en pratique en suivant l’exemple du Christ lui-même qui a donné sa vie pour nous. C’est là l’essentiel du Mystère Pascal que nous venons de revivre et que nous devons revivre chaque jour en étant proches de nos frères les plus pauvres, les plus malades, les plus seuls, les plus démunis. C’est pourquoi notre Eglise doit être ouverte sur le monde et la Maison Paroissiale est un outil extraordinaire pour créer ce lien entre tous, croyants et non croyants.

 Lors de l’inauguration notre curé et notre évêque ont particulièrement insisté sur notre rôle de disciples-missionnaires qui consiste, comme nous l’a enseigné notre Pape François, à aller aux périphéries à la rencontre des personnes les plus pauvres. La pauvreté n’est pas que matérielle, certaines personnes âgées, bien que nanties, peuvent se sentir abandonnées et souffrir d’une grande solitude, d’autres, plus jeunes, en recherche d’emploi après une maladie, arrivant dans une nouvelle commune, peuvent se trouver dans une grande détresse spirituelle, ne trouvant personne à qui parler. C’est en connaissance de cause que j’ai vécu ces deux expériences concernant des personnes de ma famille et malheureusement dans un cas comme dans l’autre, je n’ai pas réussi à trouver l’accueil et l’écoute qu’on aurait pu attendre des paroisses concernées. J’ose espérer que si de tels cas se présentaient dans notre paroisse, nous saurions les repérer et y répondre avec fraternité. C’est pourquoi, je considère qu’il est important de créer du lien à plusieurs niveaux :

  • En assurant une meilleure coordination entre toutes les équipes des différents relais par des moyens de communication accessibles à tous (Bulletin paroissial, site internet, courriels, téléphone, feuilles de messe, rencontres…)
  • En proposant d’associer à différents services les paroissiens que l’on accueille à la messe le dimanche, selon leur disponibilité, leurs aptitudes et leur souhait afin de compléter ou renouveler des équipes fatiguées.
  • En ouvrant les portes de la Maison Paroissiale de façon ponctuelle (par exemple un après-midi par mois) pour accueillir toute personne quelle qu’elle soit, sans distinction de race, de religion ou de milieu social, qui ne sait où s’adresser pour trouver un peu de chaleur humaine. Pour accomplir notre rôle de disciples missionnaires, nous sommes appelés à être des veilleurs, c’est-à-dire à être attentifs dans nos lieux de vie à toute personne isolée, malade, en souffrance et en précarité comme le prévoit la Loi Synodale n°29 « être des veilleurs » et la Loi Synodale n°28 « briser la solitude » que je trouve indissociables de la Loi Synodale n°21 « créer du lien » choisie par notre paroisse.

 Je suis personnellement impliquée dans le Secours Catholique dont la mission est justement d’intervenir près des personnes en situation de précarité. Si pour beaucoup la notion de précarité se situe au niveau matériel, il est de nombreuses formes de pauvreté que l’on a tendance à oublier. Mon engagement au Secours Catholique est en lien direct avec ma foi chrétienne qui est indissociable de ma vie personnelle. C’est en effet pour moi le meilleur moyen de vivre l’évangile selon St Matthieu (25, 31-46) « J’avais faim et vous m’avez donné à manger…J’étais un étranger et vous m’avez accueilli … » C’est pourquoi, je considère notre Maison Paroissiale comme un lieu privilégié pour accueillir tout simplement les personnes qui sont en recherche de fraternité.

 Ce qui nous amène directement à cette Loi Synodale N°8 : Former des Fraternités

Il existe actuellement quelques fraternités sur notre paroisse qui rassemble des personnes selon leur sensibilités spirituelles. Heureusement nous sommes tous différents avec des expériences et des besoins correspondant à nos parcours de vie personnels. C’est ainsi que certaines personnes se retrouvent pour prier ensemble à travers des petits groupes :

  • Le chapelet récité chaque semaine dans certains relais à l’intention de la Paix dans le monde
  • Les prières des Mères qui rassemblent les mamans pour prier à l’intention de toutes celles qui rencontrent des difficultés et des épreuves très lourdes avec leurs enfants.
  • La présence fraternelle dont la vocation est d’apporter un réconfort aux personnes âgées, seules ou malades qui ont besoin de se sentir aimées.
  • Les messes de semaine où se retrouvent le plus souvent des personnes engagées dans d’autres fraternités et qui viennent se ressourcer à travers l’écoute de la Parole de Dieu et l’Eucharistie qui sont essentielles à la vie de tout chrétien.

 La Loi Synodale n°16 concerne les jeunes dans la liturgie                 On constate malheureusement que les jeunes ne sont pas très présents dans notre paroisse. Il me semble que ce qui peut attirer les jeunes dans l’Eglise c’est d’abord l’exemple des adultes. N’avons-nous pas la responsabilité de faire rayonner la Joie de l’Evangile ? Si nous considérons la messe du dimanche comme une obligation dont nous devons nous acquitter pour être en règle avec les préceptes de l’Eglise Catholique, nous risquons de ne pas être attentifs et de passer à côté du message de l’Evangile, car trop préoccupés par nos obligations personnelles et familiales. Il me paraît essentiel de comprendre ce qu’est véritablement la Messe. Pourquoi allons-nous à la Messe ? Quelles sont les différentes étapes liturgiques ? A quoi correspondent-elles ? Pourquoi

Prononce-t-on certaines paroles ? Qu’est-ce que l’Eucharistie ? Comment et pourquoi communier ? Beaucoup de questions que ne se posent même plus certaines personnes ancrées dans leurs habitudes et qui ont oublié le véritable sens de la Messe. Je ne me permettrai pas de porter un jugement car en ce qui me concerne, il n’y a pas si longtemps que je l’ai moi-même redécouvert. Mais il m’arrive d’être un peu triste lorsque, après avoir reçu le Corps du Christ, me sentant en communion avec mes frères et sœurs, j’ai besoin de me recueillir, j’entends autour de moi des commentaires sur la longueur de la cérémonie !

 En effet, j’attache beaucoup d’importance à ce moment d’intimité avec le Christ qui est tout en tous ! et j’ai envie de partager cette Joie avec les personnes que je rencontre tout au long de la semaine. C’est d’ailleurs ce à quoi nous invite le prêtre lors de l’envoi en mission à la fin de la messe. Il nous appartient à nous chrétiens de témoigner du Christ ressuscité et de la Joie de l’Evangile en donnant envie aux plus jeunes de suivre notre exemple.

 J’ai reçu ce don de l’émerveillement qui me fait voir la vie d’une façon positive et malgré les épreuves que j’ai pu rencontrer, j’ai gardé en moi cette Joie de l’Evangile que j’ai envie de partager avec beaucoup d’enthousiasme, ce qui n’est pas toujours évident pour les uns, mais peut être apprécié, par les autres !

 Françoise

4. avr., 2018

"Il est Vivant, le Christ est vraiment ressuscité,

Il est Vivant, nous en sommes témoins" !

 

Si chaque année nous revivons le Mystère Pascal, pour chacun de nous il résonne d'une façon particulière en raison des circonstances ou des événements qui "réveillent" notre foi personnelle.

En ce qui me concerne, la mort de maman, le Vendredi Saint, 2 avril 2010, jour même du 5ème anniversaire de la mort de Saint Jean-Paul II, alors qu'une dizaine de jours plus tôt, elle avait émis le souhait de mourir le Vendredi Saint, a été comme une sorte de révélation de ma foi en Dieu qui, depuis se trouve renforcée chaque année et plus particulièrement au moment de la semaine sainte.

Comme je l'ai déjà évoqué dans l'article précédent, maman écrivait des prières directement inspirées des évangiles. Elle avait ce don de l'écriture, directement inspiré de Dieu, pour exprimer sa foi et surtout en témoigner. C'est ainsi que pendant des années, j'étais la première personne à qui elle lisait ses textes pour avoir mon avis. J'étais, à cette époque, toujours émerveillée par la forme même si je n'en comprenais pas toujours le fond !

Pendant la quinzaine de jours qui ont précédé sa mort, quelques membres du personnel soignant et la directrice, de la Maison de retraite elle-même, se relayaient en notre absence pour lui relire quelques unes de ses prières. Le jeudi Saint, dans la soirée, alors qu'elle semblait inconsciente, j'ai choisi parmi les nombreux textes écrits, sur plusieurs années pendant les différentes semaines saintes, celui  intitulé "Gethsémani" c'est alors qu'elle a essayé, avec peine, d'entrouvrir les yeux et de soulever légèrement sa main, comme un signe d'A-Dieu. Ce petit geste, à peine perceptible, mais très riche de sens, que les quelques personnes présentes ont pu voir, exprimait tout ce qu'elle voulait nous dire et que nous avons compris sans qu'il y ait besoin de mots.

Ce moment, un des plus forts et des plus beaux de ma vie, ne peut laisser indifférent. il fut pour moi comme une sorte de "Confirmation" de ma foi qui ne cesse de grandir et que j'ai envie de partager. Depuis ce temps, je lis et relis ses prières qui m'aident à découvrir et interpréter l'Evangile dans ma vie d'aujourd'hui. C'est pourquoi je me sens le devoir de les faire connaître autour de moi. C'est comme une sorte d'héritage que j'ai reçu et que je me dois de partager. Les recueils "Prières sur mes chemins de femme" intitulés : "La Samaritaine" et "Sentiers d'Evangile" ne sont pas faits pour rester dans un tiroir mais pour être diffusés. 

Je crois que, pour les chrétiens que nous sommes, chacun de nous a reçu une mission et les moyens de l'accomplir, mais nous ne le savons pas toujours, ce sont les événements de la vie qui peuvent nous réveiller et nous révéler. Maman avait le don d'écrire des prières pour témoigner de sa foi, j'ai reçu celui de les faire connaître pour témoigner de la mienne.

Nous sommes tous appelés à être des "disciples missionnaires" comme en témoignent les paroles de ce chant :

1- Je vous ai choisis, je vous ai établis

Pour que vous alliez et viviez de ma vie

Demeurez en moi, vous porterez du fruit

Je fais de vous mes frères et mes amis

 

3- Recevez l'Esprit de puissance et de paix

Soyez mes témoins, pour vous j'ai tout donné

Perdez votre vie, livrez-vous sans compter

Vous serez mes disciples, mes bien-aimés.

Paroles et musique : Chants de l’Emmanuel (C. Lorenzi)

 

Je vous laisse méditer sur ce chant que j'aime beaucoup et j'espère vous retrouver nombreux à l'Assemblée Paroissiale du 14 avril afin de découvrir ensemble les moyens d'être "disciples missionnaires" dans notre paroisse. Nous avons tous quelque chose à apporter les uns aux autres !

Françoise

 

4. avr., 2018

Lundi 26 mars 2018

Bonjour,

Je m'appelle Françoise et je suis administratrice de ce site depuis plus de 5 ans. Si je me suis découvert ce "talent" de webmaster c'est à partir de mon envie de communiquer, tout d'abord avec les habitants de mon quartier puis pour répondre aux besoins de l'Association des Pêcheurs et Plaisanciers de Lancieux dont je suis secrétaire.

Je me suis rendue compte très rapidement que via cet outil, que le Pape François considère comme "un Don de Dieu" qui permet l'évangélisation, je pouvais développer mes dispositions pour l'écriture et la photographie afin d'exprimer tout ce que je souhaite partager !

En effet, j'ai très vite utilisé mon site pour y mettre les informations que j'aurais souhaité trouver concernant la vie de la paroisse. Par la suite, voyant l'intérêt suscité par ces annonces et à la demande de plusieurs personnes, j'ai décidé de créer un site entièrement destiné à notre Paroisse.

C'est tout à fait librement qu'on me laisse gérer ces pages c'est pourquoi j'essaie de les rendre utiles, agréables et faciles à utiliser même par les personnes peu expérimentées en informatique. Il suffit de cliquer sur les titres situés sous les pavés de la page d'accueil pour accéder directement aux informations recherchées.

J'essaie en premier lieu de mettre les informations qui concernent toute la paroisse :

  • Saint du jour
  • Agenda Paroissial
  • Messes dominicales
  • Catéchèse
  • Actualités...

Mais également des sujets qui m'intéressent particulièrement et que je souhaite partager comme "Prières sur mes chemins de femme" que sont "La Samaritaine" et "Sentiers d'Evangile" écrites par ma maman entre les années 80 et 2000. Ces prières sont des poèmes de méditation à partir des évangiles et bien que je les connaisse depuis longtemps, j'en découvre chaque jour la portée ! J'ai pu constater que sur toutes ces années plusieurs ont été réalisées au moment de la Semaine Sainte et selon le souhait qu'elle avait évoqué une quinzaine de jours avant sa mort "Ce serait beau de mourir le Vendredi Saint", elle s'est éteinte le Vendredi Saint 2 avril 2010, entourée de toute sa famille.

La grande admiration que j'avais pour maman m'a laissé longtemps un sentiment de frustration car, me comparant à elle, je me sentais nulle ! Cependant j'ai découvert que si je n'avais pas son talent pour écrire des prières, j'avais une autre façon d'exprimer ma Foi à travers ce site internet. Lorsque plusieurs personnes admirent mon talent pour l'informatique, je m'aperçois que c'est un don que j'ai reçu et que je n'y suis pas pour grand-chose ! Il me semble que chacun de nous a reçu un "talent" et qu'il est important de le faire fructifier quel qu'il soit. Ce peut être pour la poésie, pour la peinture, pour la musique mais aussi pour la cuisine, le ménage, l'attention aux autres, l'accueil des plus démunis etc., et pas un don n'est plus important qu'un autre comme dans une chorale où toutes les voix sont importantes, même si individuellement certaines sont plus mélodieuses, ce qui compte c'est cette harmonie qui résulte du mélange des voix.

Ainsi aucun être humain ne devrait se sentir nul ! Comme dit le Pape François :"Personne n'est assez pauvre pour ne rien avoir à donner, on peut toujours donner un sourire". Certains vont même jusqu'à donner leur vie à l'exemple du Christ ! Nous l'avons vu récemment avec ce Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame qui n'a pas hésité à donner sa vie pour en sauver une autre ! Lui qui s'était converti il y a quelques années et qui préparait son mariage pour le mois de juin prochain, a tout simplement vécu l'Evangile de Saint Luc (9,24) "Celui qui perd sa vie à cause de moi, la sauvera". Et nul doute qu'il a gagné la sienne !

Nous n'avons bien sûr pas tous à donner notre vie de cette façon mais il y a tant de moyens de donner de l'Amour ! A chacun de trouver ce qu'il peut donner !

Notre paroisse a subi dernièrement quelque bouleversement et il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Les neuf relais qui la composent sont très disparates. Ceux du Sud sont principalement situés dans les terres et ceux du Nord plus près de la mer ce qui occasionne des façons de vivre avec des points de vue différents. Mais le moment n'est-il pas venu pour que "ce qui nous unit prenne le pas sur ce qui nous oppose ou nous divise ?" A l'image d'un orchestre où les instruments les plus insignifiants sont essentiels pour mettre en valeur un solo de violon ou de piano, ou encore comme dans un tableau, les ombres sont essentielles pour faire ressortir les couleurs et donner du relief à l'ensemble, chaque personne, quelle qu'elle soit, est essentielle pour construire une vie fraternelle dans notre paroisse.

En cherchant ce qu'il pouvait y avoir de commun dans nos divers relais, j'ai constaté que chacun était traversé par un cours d'eau plus ou moins important qui convergeaient tous vers la mer. Vous connaissez ce proverbe : "Les petits ruisseaux font les grandes rivières", j'aime à imaginer ces cours d'eau, représentant chaque relais comme les eaux vives qui alimentent notre paroisse c'est ce qui m'a donné l'idée de réaliser cette image représentant notre Maison Paroissiale comme le lieu qui rassemble toutes ces "Eaux Vives"que nous sommes. Il me paraît important de trouver un nom qui rassemble ! J'ai ajouté, pour donner un peu de relief et de couleur, le symbole du Synode que j'imagine comme une croix rayonnante avec une branche verticale représentant les 3 relais qui composent Beaussais sur Mer et 6 petites représentant les 6 autres relais.

Je tiens à préciser que ceci n'est que mon avis personnel et que c'est une proposition pour donner un nom à notre Maison Paroissiale. Bien sûr, d'autres personnes peuvent avoir d'autres idées et pourquoi ne pas les soumettre à un vote lors de notre Assemblée Paroissiale du 14 avril ?

Je vous rappelle à ce sujet les 3 thèmes choisis par les équipes synodales de notre paroisse :

  • Former des fraternités (LS 8)
  • Les jeunes dans la liturgie (LS 16)
  • Créer du lien (LS 21)

En ce qui me concerne, je considère que les 2 premiers thèmes sont davantage ciblés, alors que le dernier est beaucoup plus vaste. Il s'agit en effet, de créer du lien entre les paroissiens des différents relais, mais également entre les paroissiens pratiquants et non pratiquants, créer du lien entre les différentes fraternités, entre les jeunes et les moins jeunes, entre tous les habitants qui vivent sur l'ensemble de la Paroisse. Et je considère que la Maison Paroissiale est un outil extraordinaire pour créer ce lien. Comme son nom l'indique, elle appartient à tous. C'est le signe qui m'est apparu lorsque, le jour de la remise des clefs, j'ai pu voir et photographier un double Arc-en-Ciel semblant relier l'Eglise et la Maison Paroissiale, comme le symbole de l'alliance qui relie Dieu à son Peuple !

 

4. avr., 2018

"Je mets un Arc-en-Ciel au milieu des nuages pour qu'il soit le signe de l'alliance entre moi et la terre" (Gn 9)